|
Boutique en ligne
|
Espace Presse
|
Newsletter
|
Trouver un revendeur
 
  • Vous êtes ici : Actualités > Nos aventures
  • Opération Paris-Marseille

    Lorsqu’on y a pensé, on s’est dit qu’il fallait être "fada" pour faire un truc pareil en si peu de temps.

    Comme on devait prouver qu’on avait de quoi réduire les consos et que le boss nous a mis la pression : "montez le truc en moins d’une semaine"

    et nous on aime la pression... en bouteille aussi !!!

    Le périple était le suivant : avec une Honda 125 CBR et une Honda 1500 GoldWing du siècle dernier, partir de la tour Eiffel, descendre par la nationale 7 pour rallier Marseille et son vieux port ; soit 800 km et une bonne douzaine d’heures àlisser le cuir de sa selle avec son arrière train.

    <a target="_blank" href="http://maps.google.com/maps?f=d&source=embed&saddr=Parc+du+Champ+de+Mars,+5+Avenue+Anatole+France,+75007+Paris,+France+(La+Tour+Eiffel)&daddr=Lisses,+France+to:Ch%C3%A2lette-sur-Loing,+France+to:Avermes,+France+to:Bessay-sur-Allier,+France+to:Annonay,+France+to:Orange,+France+to:Carpentras,+France+to:Marseille,+France&hl=fr&geocode=Fd6E6QId7gEjACHYEFx8F4RjxA%3BFWaI5QId1gAlACnBoakj8d3lRzFM-1H-eSYIFw%3BFZCl3AId_q8pACn9qn4mdoDvRzEQ4jcF18gNBA%3BFWDfxgIdS3gyAClRFL2fDx3xRzErMJnDxlQrww%3BFQekxAIdy1AzACnxt3cGPCLxRzF_KU5225LAWA%3BFWtMsgId1TdHACmVuJIoXxL1RzEglevLrzwJBA%3BFWpSsgIdlktHACE1PgCYgPY5rinlzKLCCRP1RzGXda_yO12XZg%3BFQw8oAIdkglNACkd2SVK_om1EjEwxY_9pRkIBA%3BFeKmlAIdtO9RACkzU9pEQ7_JEjEgApf9pRkIBA&mra=ls&dirflg=t&sll=46.096091,3.812256&sspn=6.178394,14.27124&ie=UTF8&ll=46.07789,3.817735&spn=5.56552,3.10423">
    Cliquer pour afficher le trajet sur une carte plus grande

    Pour pimenter le truc, on s’est imposé des objectifs de consommation :
    dépenser moins de 50 euros de carburant pour la 125, soit consommer obligatoirement moins de 4 litres au cent.

    dépenser moins de 90 euros pour la grosse GoldWing, pas àla fête de devoir consommer moins de 7 litres au cent tout au long du voyage.

    Qui allait conduire quoi ?

    Olivier du haut de ses 109 kilos sans vêtements mais avec pilosité fournie, restant le plus léger, le choix du 125 CBR était tout trouvé.

    Quant àmoi et mes 0,150 tonne, pilosité en berne et calvitie validée, j’étais un partenaire de poids pour miss Goldies.

    Vous allez me dire : mais pourquoi faire conduire des gros sur ces motos, elle vont forcement consommer plus puisque les motos seront plus lourdes qu’avec des chauffeurs moins gros ?
    On répondra qu’être rondelet, tout d’abord, n’empêche pas d’être heureux (non mais des fois !), que par le fait on avait pas le choix, mais surtout au cas où nous réussissions notre périple (c’est àdire sans casser et sans trop consommer) le résultat parlerai de lui même et démontrerai le sérieux de notre travail, mais ceci est une autre histoire.

    Histoire de faire les présentations, voici miss Goldies : 23 ans, 134 000 km, plusieurs années d’usages professionnel et touristique. Fidèle, peu exigeante et toujours sympa àrouler quand il faut avaler les kilomètres.

    Miss CBR (on l’appelle Chichi) 5 ans pour 12 700 km est une nouvelle acquisition : achetée sur Le Bon Coin avec une fourche àremplacer ainsi qu’un puzzle japonais en guise de carénage. Nous avons récupéré la belle àproximité des anciennes mines de lorraines, très exactement àHam-sous-Varsberg.

    Quelques coup de fils peu après son achat et quelques centaines d’euros plus tard, la belle reprenait la route avec un train avant tout beau et un carénage vouant son âme àla patience d’olivier et àses talents de rafistoleur....

    Lors de son premier essai, première désagréable constatation, la démultiplication a été raccourcie de manière excessive : le pignon de sortie de boite est passé de 15 à13 dents. Le moteur mouline copieusement... on est à24 heures du départ, faute de temps, au risque d’exploser le moulin, on décide de faire avec !

    Au bruit, chacun comprendra qu’àl’usage, le flirt avec la zone rouge est largement consommé.

    Malgré la démultiplication plus courte de la CBR, la consigne de route était claire : tenir la cadence à100 km/h si possible sur route et 4 voies , pas question de se traîner, le parcours doit se faire dans la journée. Message reçu !

    Mercredi 1er juin :

    Cette journée de départ étant classée rouge dans le sens Paris - Province, nous avons décidé de monter sur Paris le soir, poser symboliquement nos engins et nos bouilles en clichés au pieds de la tour Eiffel et de se sauver très vite direction l’hôtel pour être opérationnels comme on dit le lendemain matin "àla fraîche".

    Tour Eiffel le 01/06/2011

    Si le trajet Revigny-sur-Ornain - Paris via Vitry-le-François fut sans encombre et nous rassura sur les performances de "Chichi", arrivés en territoire parisien, il nous fut clairement refusé de poser nos motos face à"la tour" par les personnes payées par l’état pour veiller sur notre sécurité. Tant pis, on fera des images de biais mais, ouf.... la sécurité nationale sera préservée !!!

    La sortie de Paris ainsi que l’accès àl’hôtel fut pénible et dangereux ; ceci dit pour un parisien coutumier du fait on les qualifiera de normales.

    Jeudi 2 juin :

    On y est, c’est le matin du grand soir ! Nationale 7 nous voila !!!

    Le beau temps est de la partie et la route quasiment déserte, enfin pas sur les bas côtés : vous n’imaginez pas le nombre de satyres et d’obsédés que l’on croise et qui vous mate àla jumelle... sont pas content quand on les regarde dans les yeux en plus !!!

    Les 80 premiers kilomètres sont une pure formalité. Arrivés dans l’agglomération de Montargis (Châlette-sur-Loing) la Gold a soif (320 km depuis Vitry le François), on décide de lui remplir sa gourde.
    Premières infos, les soins procurés àmiss Goldies portent leurs fruits : sur 320 km avec les embouteillages parisiens, la traversée de Paris dans les 2 sens et une vitesse de croisière de 100-110 km/h, la belle a bu 5,80 litres de SP95 au 100 km en moyenne. ça commence àdevenir intéressant !

    On est reparti... nous roulons entre 95 et 105 km àl’heure. Chichi avec son bruit de moteur de course "enroule" peinarde à9000-9500 tours.
    Cosne-sur-Loire et Nevers sont traversés : un petit coucou au passage au gigantesque convoi de motard qui nous a dépassé en nous saluant. Ces derniers se rendant vraisemblablement au circuit de Magny-Cours.

    A boire ! La chichi a soif ! On enquille la première station àl’entrée de Moulins et zou.
    Résultat partiel de conso pour la CBR : Corbeil-Essonnes - Moulins = 280 kilomètres pour 9,20 litres de carburant consommés soit une moyenne de 3,20 litres au cent àallure soutenue pour un coà»t de 13,80 €. Et si on était en train de réussir notre pari ?

    La route c’est la route mais ça creuse, notre estomac nous le rappelle !

    Bessay-sur-Allier, agréable bourgade en bordure de la nationale 7 nous accueille et nous nourrit moyennant finance :
    Moules-Frites, la mer n’est pas si loin après tout.... en plus elles étaient bonnes !

    Petite visite de la brocante locale, brin de causette avec des motards précieux (ils étaient du cher), Christian et Christelle... ça ne s’invente pas.

    C’est pas le tout, il faut qu’on reparte "lustrer les selles de nos engins".

    On va tenter de rallier Annonay (Ardèche) avec ce que contiennent nos réservoirs....

    Au fil des kilomètres, la route dévoile un agréable relief, nous on aime bien les routes sinueuses.

    Les meules tournent, l’une comme une horloge comtoise (lourde l’horloge) et l’autre comme un moulin àcafé de course.

    Aie ! Aie ! Aie ! A la sortie de Saint Etienne, le voyant de la Gold vient de s’allumer et il reste une cinquantaine de kilomètres àtenir jusqu’àAnnonay. Tiens bon mémère !

    Nous entamons la montée qui mène au col de la république en serrant les fesses.... On est pas tombé en panne... mais quelle surprise de ressentir la température ambiante baisser d’une manière conséquente (24 degrés en sortant de Saint Etienne et 8 degrés max en haut du col de la république).

    Col de la république : pause obligatoire. C’est chouette et je pense àma vieille GSX-R qui aurait aimée être àla place de la Goldo. C’est chouette mais ça caille pour un mois de juin !

    Bon, on est au sommet du col, on n’est pas en panne d’essence... laissons-nous donc descendre jusqu’àAnnonay.

    Annonay, première pompe, pose glouglou !

    La piote Chichi remplit son contrat : 231 km avec 7,90 litres ce qui lui fait 3,41 litres au cent, 4 voies et montée de col incluses. Si elle parvient àarriver au vieux port avec son dernier plein, elle ralliera Paris àMarseille, non pas pour moins de 50 euros mais pour moins 40 euros ! On tient le bon bout.

    Et la Gold ?
    Il fallait qu’elle fasse parler d’elle !
    La Gold a parcouru les 408,3 kilomètres reliant Montargis àAnnonay avec un « Â petit plein  » (22,5 litres), soit une conso de 5,51 litres au cent. On parle bien d’une 1500 Gold àcarbus et pas d’une 1800 àinjection !

    A l’exception du parcours où mon voyant de réserve s’est allumé, le rythme est resté constant 95-105 km/h.
    Une chose est certaine : Paris - Marseille ne coà»tera pas 90 euros d’essence àMiss Goldies.

    Bon allez, on se casse !
    Valence, Montélimar puis Orange, on se croirait en vacances. Petite pose dîner : il existe des gens sympathiques en cafétéria, nous en avons rencontré.

    N’ayant pas galéré depuis le départ, il fallait bien que cela arrive : on a perdu le fil de la route àla sortie de Carpentras vers Cavaillon... on a tourné en rond durant 40 bornes avant de retrouver notre chemin.
    On arrive en terre marseillaise où il fait bien nuit (23 h). On chope l’hôtel, on fera les photos du vieux port demain, on est crevé, il ne nous en voudra pas !!!

    Vendredi 3 juin :

    Bien dormi, bien déjeuné et... pas trop mal au cul. La journée commence bien.

    Il est 10 heures du mat, on n’a qu’àdescendre gentiment sur le vieux port, faire 2 ou 3 clichés et le tour est joué. C’est ce qu’on s’est dit...

    Déluge, tempête ou orage violent, appelez ça comme vous voudrez mais ça a donné. Le point positif c’est que ça nous est tombé dessus tellement vite qu’on a été trempé àl’instant même où on s’est rendu compte qu’il pleuvait fort, très fort !

    Singulièrement mouillés et ankylosés, nous arrivons sur le vieux port. Allons vite faire le plein àla station au fond, àPharo.
    Mademoiselle Chichi s’est tapée 313 km avec 9 litres d’essence soit un plein à2,87 litres au cent.
    Miss GoldWing continue àtordre la rumeur avec 313 km pour 16,8 litres soit 5,36 litres au cent.
    Contrat rempli.

    En terre tranquille, àdéfaut de pastis (on allait pas picoler, on remontait en lorraine le jour même àmoto, 800 km dans l’autre sens... par autoroute cette fois, on s’est fait chier et on a pas forcement été plus rapide ) le "café - jus de fruit" a couronné la réussite de nos paris respectifs.

    La Chichi a parcouru 870 km (ben oui, il y a des kilomètres en trop on s’est paumé...) avec 39,50 euros. En plus d’avoir tenu la distance, elle prouve que Paris - Marseille par la nationale 7 avec moins de 40 euros c’est possible !

    Mémère n’a pas démérité non plus. Pis encore elle a étonné son monde.
    Ce qu’a fait la CBR pour moins de 40 euros, la Gold l’a fait pour 74 euros.

    La virée fut sympa et enrichissante.

    Nous pensions être "fada" au pays du soleil comme on dit dans le midi. Nous avons rencontré des spécimens qui nous ont fait douter....




Le site internet TRI-DAN.NET est édité par JORDAN ENTREPRISE
EURL JORDAN ENTREPRISE au capital social de 7 500 € - SIRET : 444 450 100 00029 - APE : 292 H - TVA : FR 49 444 450 100
5, quai des gravières - 55800 Revigny sur Ornain - FRANCE - Téléphone : +33 (0) 3.29.76.37.04 - E-mail : contact@tri-dan.net
Edité par : JORDAN ENTREPRISE - Développé par : Olivier ROUET - Propulsé par : SPIP 3.2.1 [23954] - Statistiques : Google Analytics